Conseil

Offre de conseil

"La sur-information ou "infobésité" est désormais l'un des plus grands problèmes à résoudre par les organisations pour les 10 prochaines années."

Rapport de la Direction Générale du Travail et du Centre d'Analyse Stratégique
sur l'impact des TIC sur les conditions de travail (2012)

Objectifs

La performance des collaborateurs

Comment éviter que vos cadres ne passent 35 % de leur temps de travail à traiter l'information, alors que leur mission première est d'encadrer les équipes ?

Comment les rendre plus performants sur la gestion de l'information et donc la prise de décision ?

La prévention contre les risques psychosociaux

27 % des salariés européens déclarent rencontrer des problèmes de stress chronique au travail et la pression est devenue la principale cause d'incapacité de travail. La surcharge informationnelle est l'une des principales causes du stress et est en même temps responsable des mauvaises relations entre collègues et de la perte de satisfaction au travail.

Les prestations proposées par So Comment

1 - Audit de l'état informationnel des organisations

Réalisation de diagnostics transversaux (SI, communication, RH) sur la qualité des processus informationnel et décisionnel dans l'organisation = systèmes
Réalisation d'études/enquêtes sur les pratiques informationnelles internes et identification des personnes à risque sur le plan psychosocial. Dans le cadre de la prévention des risques psychosociaux, identification des personnes les plus en risque de surcharge informationnelle = pratiques
Evaluation de la culture informationnelle de l'organisation (le continuum et la capitalisation des connaissances, la mise en commun et le partage de l'information, mémoires d'entreprise…) = culture et usages

Rationaliser l'information : analyse des dispositifs existants, conception et pilotage de plans médias internes.

Définir un savoir communiquer commun et travailler sur les conditions d'une communauté en information : production de chartes d'utilisation des différents moyens de communication existants dans leur double dimension technique et sociologique.

Accompagnement du changement (acculturation informationnelle) et formation

3 - Formation

> En savoir +

Des questions ?

Quels sont les risques pour les entreprises ?

Pourquoi ? D'abord parce que la saturation d'informations conduit à la dégradation du processus de décision. La recherche a montré qu'il existe un nombre optimal d'informations à recueillir pour prendre une décision. Au-delà, la qualité du processus décisionnel baisse, tant d'un point de vue de la qualité (décision rationnelle dans le contexte) que du temps pour prendre la décision (une décision qui intervient trop tard n'est pas une bonne décision).

Deuxième risque, la désinformation. Il existe un consensus scientifique sur le fait que la croissance de l'information se fait à qualité décroissante. Or nous dépendons tous de la véracité de l'information...

Troisième risque, la baisse de productivité. Le coût lié aux interruptions dans notre temps de travail du fait de la consultation des informations équivaudrait à 28 % du temps de travail...

Quatrième risque, l'innovation qui est pourtant le fer de lance de notre économie. L'usage intensif des TIC entrave notre créativité car nous sur-stimulons notre attention réactionnelle et atrophions notre capacité attentionnelle endogène, posée, nécessaire à la réflexion.

Quels sont les risques pour les salariés ?

Nous pouvons identifier deux types de risques majeurs pour les individus au travail : les risques émotionnels et les risques intellectuels. Et, dans une moindre mesure, des risques physiques ont été identifiés

Conjugué à l'accélération du temps et à la surcharge d'activité, l'infobésité génère un fort stress chez les individus : sentiment d'incapacité à suivre, culpabilité, impuissance et surmenage sont de plus en plus ressentis et peuvent mener les personnes jusqu'au burn-out. L'infobésité est responsable aussi d'une perte de satisfaction au travail et affecte la qualité des relations personnelles au travail en générant davantage de tensions.

Second type de risque observé, l'apparition de nouvelles formes de "pathologies de l'intelligence" : cyberdépendance, déficit d'attention (TDA), FOMO (Fear Of Missing Out ou "Peur de manquer") ou encore, au Japon, les "hikikomori du savoir".

L'enjeu pour l'entreprise est d'assurer la cohésion de son corps social pour continuer à produire...

> Contact

Principales références

ACTENSIA - ADETEM - ABCI - AFCI - AUCHAN EGIS - MINISTÈRE DU TRAVAIL BELGE - SALON DES ETUDES - GROUPE IGS - TOTAL - THALES - EDF - CAISSE DES DÉPÔTS - HABSIS - FRES - ECLOR - INFORUM - UNIVERSITÉ CATHOLIQUE DE LOUVAIN - CONSEIL RÉGIONAL ET UNIVERSITÉ DE NIORT/POITIERS - SO CONTENT...